Les algues Sargasses

Les sargasses sont des algues brunes qui vivent en pleine mer, et sont représentées par deux espèces : les Sargassum fluitans et Sargasum natans.

D’où proviennent les algues sargasses ?

Les algues sargasses vivent en pleine mer et contrairement à la plupart des algues que l’on peut retrouver dans les Caraïbes, elles ne sont pas accrochées à une quelconque structure. Ces algues vivent dans les eaux tropicales et sont particulièrement présentes dans la « mer des sargasses » au large des côtes Est des Etats-Unis. Les amas d’algues sont régulièrement emportés par les courants et dispersés dans l’Océan Atlantique.
Pourtant l’hypothèse selon laquelle les Algues échouées sur les côtes Martiniquaises proviendraient de la mer des Sargasses n’a pas été vérifiée. Une nouvelle zone d’accumulation de sargasses a par exemple été localisée au nord-est du Brésil. Cette masse d’algues pourrait en effet se déplacer jusqu’aux Antilles. (Source : DEAL Guadeloupe)

Effets sur la santé :

Les algues sargasses ne représentent pas de danger dans le cas d’un contact direct dans l’eau : elles ne sont ni allergènes ni venimeuses. Cependant, lorsque ces algues s’échouent le long des côtes, elles se dégradent et leur décomposition engendre l’apparition de deux gaz : l’hydrogène sulfuré (H2S) et l’ammoniac (NH3).

L’hydrogène sulfuré, dont l’odeur est souvent comparée à celle d’œufs pourris, est nauséabond et toxique. Il peut présenter des risques pour l’homme s’il est inhalé à fortes concentrations et/ou pendant une longue durée. Lors d’une exposition trop importante à l’hydrogène sulfuré, des symptômes apparaissent : maux de tête, vomissements, difficultés respiratoires, etc. Lors de l’apparition de ces symptômes, il est primordial de s’éloigner afin de ne pas aggraver ces derniers.

Suivi et surveillance

En 2011, 2014 puis 2015, des échouages massifs d’algues dites Sargasses ont impacté les côtes de la Martinique. Quand elles se décomposent, ces algues produisent divers gaz aux propriétés irritantes dont principalement l’hydrogène sulfuré (H2S) et l’ammoniac (NH3 ).
Si jusqu’en 2011, les échouages survenaient selon un mode « saisonnier » cyclique, les observations faites en 2011 puis de la mi 2014 à fin 2015, ont mis en évidence des arrivages d’algues quasi ininterrompus et à fréquence variable.
Ces échouages sont susceptibles de provoquer des gênes et des effets sur la santé des populations en cas d’exposition à de fortes concentrations en gaz.
C’est dans ce contexte qu’un dispositif de capteurs permettant la surveillance en continu des émissions des gaz issus de la décomposition des sargasses a été mis en place par l’Agence Régionale de Santé (ARS) avec l’appui technique de Madininair, sur le littoral atlantique de la Martinique.

Cette surveillance en continu a pour objectif principal d’estimer le niveau d’exposition des populations. Les données obtenues doivent permettre de prévenir et de mieux gérer les effets sur la santé des populations dus aux émanations provenant des algues en putréfaction. Les données collectées quotidiennement par Madininair et transmises à l’ARS permettent :

- De disposer d’une meilleure connaissance des niveaux de concentration en H2S émis par la décomposition des algues,
- De renforcer les recommandations sanitaires pour la protection de la population notamment les populations sensibles et vulnérables,
- D’offrir aux autorités des informations régulièrement actualisées pour organiser au mieux les chantiers d’enlèvement et la mise en place de mesures spécifiques de protection des populations fragiles.

Le réseau de mesure repose sur des capteurs de type Cairpol en capacité de mesurer en continu de faibles concentrations de H2S. Les capteurs sont installés sur des sites définis par l’ARS, à proximité immédiate d’habitations et à 1,5 mètre du sol afin que la mesure soit représentative de l’exposition des populations demeurant sur le littoral. Les sites choisis sont des zones d’habitat dense fortement impactées par les échouages de Sargasses, des sites sensibles (par exemple crèche ou école à proximité de zones littorales régulièrement exposées) et des zones où le ramassage des algues s’avère difficile. Les capteurs peuvent, à la demande de l’ARS, être déplacés sur d’autres sites également impactés par des échouages massifs.

L’ensemble des résultats de mesure de H2S est disponible ici

Plus d’informations : https://www.martinique.ars.sante.fr/les-algues-sargasses-une-nouveau-phenomene-sanitaire



Facebook

Retrouvez toutes

Twitter

Retrouvez toutes

Scoop.it

Retrouvez toutes

Linkedin

Retrouvez toutes
HAUT