Monoxyde de Carbone (CO)

• Origines :
Gaz inodore, incolore et inflammable, le monoxyde de carbone CO se forme lors de la combustion incomplète de matières organiques (gaz, charbon, fioul, carburants, bois). La source principale est le trafic automobile. Des taux importants de CO peuvent être rencontrés quand un moteur tourne au ralenti dans un espace clos ou en cas d’embouteillage dans des espaces couverts. En cas de mauvais fonctionnement d’un appareil de chauffage domestique, des teneurs élevées en CO peuvent être relevées dans les habitations.

• Effets :
SUR LA SANTÉ
Le CO se fixe à la place de l’oxygène sur l’hémoglobine du sang, conduisant à un manque d’oxygénation de l’organisme (cœur, cerveau). Les premiers symptômes sont des maux de tête et des vertiges. Ces symptômes s’aggravent avec l’augmentation de la concentration de CO (nausée, vomissements) et peuvent, en cas d’exposition prolongée, aller jusqu’au coma et à la mort.

SUR L’ENVIRONNEMENT
Le CO participe aux mécanismes de formation de l’ozone troposphérique. Dans l’atmosphère, il se transforme en dioxyde en carbone CO2 et contribue à l’effet de serre.

• Méthode de mesure :
La mesure est effectuée en continu à l’aide d’analyseurs à absorption Infrarouge.
Principe :
L’absorption sélective de la raie CO à 4,7 microns associée à la corrélation par filtre gazeux permet une mesure spécifique. L’échantillon gazeux passe dans une cuve de mesure à long trajet optique. Un faisceau de lumière I.R. traverse alternativement une cellule remplie de CO pur et une cellule vide ou contenant de l’azote ; il traverse ensuite un filtre interférentiel à bande étroite et la cuve de mesure. Lorsque le faisceau infrarouge traverse la cellule CO, toutes les bandes d’absorption spécifiques au CO sont éliminées et l’intensité lumineuse reçue par le détecteur I.R. n’est pas affectée par l’absorption additionnelle due au CO contenu dans l’échantillon. Par contre lorsque le faisceau infrarouge traverse la cellule contenant l’azote, les molécules de CO présentes dans l’échantillon vont absorber partiellement l’énergie lumineuse émise par la source. Un détecteur infrarouge très sensible mesure la différence d’énergie entre les 2 signaux et le microprocesseur calcule la concentration de CO en appliquant la loi de Beer Lambert. S’il y a présence de gaz interférents dans l’échantillon, les absorptions infrarouges seront identiques et s’annuleront.

• Valeurs réglementaires :
Valeur limite pour la protection de la santé humaine : 10 mg/m3 pour le maximum journalier de la moyenne glissante sur 8 heures



Facebook

Retrouvez toutes

Twitter

Retrouvez toutes

Scoop.it

Retrouvez toutes

Linkedin

Retrouvez toutes
HAUT