Se protéger lors d’un épisode de pollution

Je me protège lors d’un épisode de pollution de l’air

Les épisodes de pollution dépendent de nombreux facteurs : l’intensité particulière des émissions de polluants et les conditions météorologiques favorisant l’accumulation des polluants.

On parle de pic (ou d’épisode) de pollution de l’air lorsque est dépassé, ou risque d’être dépassé, le seuil d’information et de recommandation ou le seuil d’alerte définis par la réglementation nationale pour l’un des quatre polluants atmosphériques suivants : particules de taille inférieure à 10 micromètres (PM10), ozone (O3), dioxyde d’azote (NO2) et dioxyde de soufre (SO2).
 
En cas de dépassement du seuil d’information et de recommandation, il est recommandé aux populations vulnérables et sensibles, notamment les enfants, les femmes enceintes, les personnes de plus de 65 ans, les insuffisants respiratoires chroniques, les insuffisants cardiaques, les allergiques ou asthmatiques de :

  • Limiter les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur ;

Au repos,
je respire 6 litres d’air par minute.
Lorsque je m’active,
je respire environ 15 litres d’air par minute.
Je fais une course d’endurance ?
C’est 60 à 100 litres d’air par minute que je respire !

  • Limiter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe ;
  • En cas de symptômes ou d’inquiétude, prendre conseil auprès d’un pharmacien, consulter un médecin ou contacter la permanence sanitaire locale lorsqu’elle est mise en place.
  • Veiller à ne pas aggraver les effets de cette pollution par d’autres facteurs irritants, tels l’usage de solvants sans protection appropriée et surtout par la fumée de tabac qui joue un rôle majeur dans la survenue, notamment de l’allergie respiratoire et de l’asthme.
  •  pour les personnes sous traitement médical à visée respiratoire, de respecter scrupuleusement ce traitement ou de l’adapter sur avis du médecin.
JPEG - 68.1 ko

En cas de dépassement du seuil d’alerte pour les PM10, le NO2, l’O3 et le SO2, il est recommandé aux personnes sensibles et vulnérables de :

  • Éviter les activités physiques et sportives intenses en plein air comme à l’intérieur ;
  • Éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe ;
  • En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflement, palpitations) :
    • Prendre conseil auprès d’un pharmacien, consulter un médecin ou contacter la permanence sanitaire locale lorsqu’elle est mise en place ;
    • Privilégier des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
    • Prendre conseil auprès d’un médecin pour savoir si un traitement doit être adapté le cas échéant.

Pour le reste de la population, il est préférable de réduire les activités physiques et sportives intenses. En cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations), prendre conseil auprès de votre pharmacien, consulter votre médecin ou contacter la permanence sanitaire locale lorsqu’elle est mise en place.

  • Je maintiens mes activités quotidiennes d’intensité physique faible ou modéré en intérieur ou extérieur,
  • Je privilégie des sorties plus brèves et qui demandent moins d’effort,
  • Je ne pratique pas d’activités physiques intense,
  • Je surveille toute apparition de gêne respiratoire comme la fatigue, le mal de gorge, le nez bouché, les sifflements, essoufflements… notamment chez les personnes sensibles,
  • Je n’empreinte pas les grands axes routiers et leurs périphéries durant les périodes de forts trafics,
  • Si je suis un traitement médical, je demande à mon médecin si celui-ci doit être adapté.

Vous avez trouvé ce contenu intéressant ? Faites-en profiter vos amis :

Facebook

Toutes

Twitter

Toutes

Linkedin

Toutes

Youtube

Toutes
HAUT